Burg al-Zafar

Le site de Burg al-Zafar

Localisation de Burg al-Zafar

Le nom du site vient de la tour dite « Burg al-Zafar » qui était déjà répertoriée dans le Bulletin de conservation des monuments arabes en 1886 comme nécessitant d’urgents travaux de restauration afin de « conserver les restes d’un chef-d’œuvre de l’art des fortifications »[1]. En 1892, le Comité de conservation des monuments de l’art arabe demande au Ministère des travaux publics un dégagement et une remise en état des murailles nord, notamment à Burg al-Zafar. Le site a été restauré au cours des années 1930-1938, après des relevés architecturaux effectués par les architectes du Comité en 1891. K.A.C. Creswell avait réalisé une couverture photographique de la zone avant les travaux de restauration : on peut y voir le revers de Burg al-Zafar complètement éventré, la tour d’angle était encerclée par un fortin de la période napoléonienne, qui a été détruit lors des travaux de restauration. L’intégralité du site intra et extra-muros se trouvait alors entouré de collines de sable et de kôms de déchets archéologiques. Dans les années 60 et 70, le quartier fut ré-urbanisé, on y construisit des casernes de police et une école publique, de part et d’autre de la muraille. A partir des années 80, l’ensemble du site a été envahi par des « zabbâlîns » ou chiffonniers. Les dégradations occasionnées sur la muraille furent très importantes durant cette période, certaines tours ayant servi de fours pour brûler des ordures. Au début de l’année 2005, le Service des Antiquités et le Ministère du logement égyptien ont procédé à l’expulsion et au relogement des chiffonniers afin de réhabiliter la zone et de restaurer cette portion de muraille.

En 2007, nous avons fouillé deux secteurs sur le site de Burg al-Zafar : un sondage intra-muros derrière la tour d’angle et une fouille en aire ouverte au revers d’une porte ayyoubide.

L’angle nord-est du Caire fatimide

Plans de Burg al-Zafar (1169-1171)

« La tour des victoires »  ou Burg al-Zafar protège l’angle nord-est du Caire médiéval[2]. D’un diamètre de 16 m, la tour est composée de quatre niveaux de circulation, une plate-forme sommitale, deux galeries circulaires de décharge connectées par un palier à une galerie à l’étage intermédiaire. Cette galerie mesure 93 cm de large, pour une hauteur de 4,76m ; elle fait le tour de la coupole centrale et dessert six niches d’archères et une petite gaine qui part vers deux niches d’archères au-dessus de la poterne sud. Enfin un escalier connecte la galerie au rez-de-chaussée, jusqu’à une salle à coupole de 8,5 m de diamètre, avec une voûte de 10 m de haut. La salle est dotée de sept niches d’archères qui donnaient directement sur le fossé encerclant la tour. Deux poternes flanquent Burg al-Zafar et permettent de descendre dans le fossé devant l’enceinte. Le même type d’aménagement est visible à Burg al-Mahrûq, la tour d’angle au sud-est du Caire fatimide. Le fossé précédant l’enceinte est continu sur l’intégralité du flanc oriental de la ville, depuis Burg al-Zafar jusqu’à Burg al-Mahrûq, car l’on connaît l’existence d’un pont devant Bâb al-Gedid n°1, et devant Bâb al-Gedid n°2, plus au sud et nous avons aussi noté la présence d’escalier et de poternes entre ces deux portes ayyoubides, éléments qui démontrent la continuité du fossé à l’est du Caire islamique.

L’architecte britannique K.A.C. Creswell avait déjà remarqué que la maçonnerie du parement extérieur de l’enceinte changeait radicalement à 11m au sud de Burg al-Zafar : le parement de petit module de la tour d’angle faisait place à un parement épais et rustique, caractéristique des murailles de Saladin[3]. Par ailleurs, la même observation peut être faite au nord de Burg al-Mahrûq, la tour d’angle sud-est.

Pour essayer de comprendre cette différence dans la maçonnerie, un sondage a été ouvert au pied de la muraille exactement à l’emplacement de la jonction entre les deux types de parements, encore très visible malgré les travaux de restauration de 1938. Les fondations des deux murs – nord et sud – sont quasiment à la même profondeur, mais restent bien différenciées, preuve d’une chronologie différente dans la construction. Le deuxième résultat de ce sondage a été la mise au jour d’une enceinte en briques crues fatimide, distante de moins de 4 m de la muraille de Saladin. Contrairement à l’enceinte fatimide exhumée à Bâb al-Gedid n°1 ou Bâb al-Tawfiq, on note la présence d’une assise de réglage en briques cuites entre les briques crues et les fondations en pierre, selon un dispositif déjà observé sur la tour fatimide du Parking Darrâsa, daté de la période de Badr al-Gamâlî.

Tour fatimide derrière Burg al-Zafar

Enfin, troisième acquis important de ce sondage, l’enceinte en brique recoupe un mur massif au parement calcaire avec des fondations et un remplissage de blocs de grès siliceux. Ce mur est une construction fatimide antérieure à 1087-1092 ad., dont la fonction nous échappe encore et devra être précisée lors de notre prochaine campagne de fouilles.

La très grande proximité des deux fortifications fatimide et ayyoubide n’est pas contradictoire avec l’hypothèse que les tours d’angle de Zafar et Mahrûq forment respectivement les angles nord-est et sud-est de la ville de Badr al-Gamâlî, c’est un élément topographique évident quand l’on observe un plan du Caire[4].

De par son style architectural (décorations, maçonneries et espaces internes), Burg al-Zafar rappelle fortement les ouvrages fatimides de Bâb al-Nasr et Bâb al-Futûh[5]. C’est pourquoi nous avions attribué cet ouvrage à l’enceinte de Badr al-Gamâlî datée de 1087-1092 ad. Au contraire, selon Creswell, cette tour appartiendrait au système défensif ayyoubide[6]. D’autres éléments du bâti donnent des indices différents sur sa date de construction. Selon K.A.C. Creswell, le parement extérieur de Burg al-Zafar comporte une assise de petites colonnes en boutisse, élément qui rappelle bien sûr les portes fatimides du Caire, mais aussi le parement de la mosquée as-Sâlih Talâ’i’, datée de 1160 ad. D’autre part, la décoration du plafond de la poterne sud de Burg al-Zafar est, quant à elle, très proche du mihrâb d’Umm Kulthûm daté de 1122 ad.[7] Il est donc possible que les deux tours d’angle, Zafar et Mahrûq, soient fatimides, mais peut-être postérieures à Badr al-Gamâlî, et construites dans la première moitié du XIIe siècle ou alors elles seraient à dater de l’extrême fin de la période fatimide quand Saladin fut nommé Vizir du Calife al-‘Adid.

La tour de Zafar reste à dater précisément, s’agit-il d’une tour de l’enceinte de Badr al-Gamâlî ? S’agit-il d’une tour fatimide de la première moitié du XIIe siècle ? S’agit-il d’une tour ayyoubide mais de tradition architecturale fatimide ? Seules une fouille stratigraphique et une étude archéologique du bâti pourront permettre de dater cet important élément architectural de la défense du Caire.

Bâb al-Gedid et sa connexion à l’enceinte fatimide

Enceinte fatimide en briques crues (1087-1091)

Au début de l’année 2007, nous avons fouillé au revers de Bâb al-Gedid n°1, sur un espace intra-muros de plus de 25 m d’est en ouest et 50 m du nord au sud[8]. La « porte neuve » correspond à la grande entrée nord-est de la ville ayyoubide (entre les tours n°40 et 41). L’entrée en chicane a d’abord été nettoyée jusqu’au niveau du dallage ayyoubide anciennement dégagé par le Comité de conservation. Ce sol est composé de grosses dalles calcaires, et forme une rampe orientée vers le nord, descendant en pente douce le long de l’enceinte intra-muros. Le dallage de cette porte a été posé en butée contre une tour en briques crues. Il s’agit de la découverte d’un nouveau tronçon de l’enceinte fatimide. La présence de cette rampe le long de la muraille ayyoubide et la préservation de l’enceinte fatimide sont des éléments qui renseignent sur l’organisation de l’espace défensif en 1173-1177. En effet, les architectes de Saladin n’ont pas détruit l’enceinte fatimide, mais ont utilisé cette dernière comme un second élément de la défense, créant ainsi un espace de circulation pour les troupes entre les deux fortifications. Nous avions déjà observé cette lice, marquée par une terrasse de sable jaune lors de nos fouilles sur le Parking Darrâsa.

A l’ouest de l’ensemble constitué par la porte et son espace de circulation, un vaste secteur de fouille a, dans un premier temps, livré des niveaux d’occupation mamelouks des XIVe et XVe siècles, notamment des fonds de maisons, une ruelle nord-sud, une série de puits de latrines (couverts systématiquement par un à trois linteaux en calcaire jaune) et de nombreuses fosses détritiques. Aucune maison mamelouke n’est préservée complètement, seuls subsistent quelques murs, des fondations et des radiers de sols composés de céramiques oranges grossières emboîtées les unes dans les autres. Tous ces vestiges d’habitats ne sont pas très élaborés et rappellent fortement ceux du XVe siècle mis au jour lors des fouilles du Parking Darrâsa. Il s’agit d’un habitat mamelouk tardif, très modeste et installé en périphérie de la ville. Ces aménagements mamelouks ont été installés sur une zone vierge d’habitation, un espace réservé à un usage militaire. Les habitations mameloukes prennent appui sur un mur massif en briques crues.

Les fondations de ces habitations et les fosses détritiques associées ont progressivement détruit ce mur qui n’est autre que l’enceinte de Badr al-Gamâlî. En effet, sous les niveaux mamelouks tardifs, nous avons exhumé une enceinte en briques crues massive qui mesure plus de 50 m, du nord au sud, et qui fait près de 4m de large. La portion de mur dégagée comporte au centre une tour rectangulaire, flanquée à 15m de chaque côté de contreforts quadrangulaires. L’enceinte est constituée de grosses briques crues carrées de 40-42 cm de côté pour 8-10 cm d’épaisseur, posées sur une fondation constituée d’un radier de deux assises de gros blocs calcaires irréguliers. La stratigraphie et les céramiques découvertes viennent appuyer nos datations à savoir que cette enceinte est bien imputable à la période fatimide.

Enceinte fatimide derrière Bâb al-Gedid


[1] Bulletin du comité de conservation des monuments arabes, 1886, p. 7 et 1891, p. 111.

Selon Arthur Rhoné, en 1910, les gens du quartier appellent cette tour d’angle, Burg al-Hammam. L’ouvrage de Rhôné comporte deux photos de « Bourg es-Zefer », qui est en fait Bâb al-Gedid. Arthur Rhoné,  L’Égypte, à petites journées. Le Caire d’autrefois, Paris : Société Générale d’Éditions – Henri Jouve, 1910, pp. 362-364.

[2] Tour n°38, n°d’inventaire 307, selon la numérotation du Comité de conservation des Monuments arabes.

[3] K.A.C. Creswell, 1959, vol.2. p. 47-48.

[4] Pradines, Michaudel, Monchamp, An. Isl. 36, 2002, p. 314.

[5] Déjà en 1886, Henry Kay avoue que le style de Burg al-Zafar est complètement différent du reste de la muraille de Saladin (p. 86). Henry Kay, “Inscriptions at Cairo and the Burju z-Zafar”, in JRAS, vol . 19, 1886, p. 82-88.

Aussi, la clef de voûte en marbre de Bâb Zuwayla n’est pas sans rappeler les clefs de voûte de Burg al-Zafar et de Burg al-Mahrûq.

[6] K.A.C. Creswell 1959, vol. 2. p. 47-51.

[7] ibid., p. 49-51

[8] Le site archéologique a dû être dégagé avec des engins mécaniques afin d’offrir une zone de fouille exploitable. Les pelles mécaniques ont pu être louées grâce au Prix archéologique attribué par la société Clio à St. Pradines en  2006. L’équipe de fouille de Burg al-Zafar, du 1er février au 30 avril 2007, comprenait Danaël Veyssier, Mathias Dupuis, Jérôme Defaix, Elsa Dupeyret et Mohammed Gaber. A Burg al-Zafar, le CSA était représenté par Ashraf Fahmi et Mosleh Ragab (inspecteurs).

Référence(s) du texte en ligne :

Stéphane Pradines et Osama Talaat,  « Les fortifications fatimides du Caire : Bâb al-Tawfiq et l’enceinte en briques crues de Badr al-Gamâlî », Annales Islamologiques 41, IFAO, Le Caire, 2007, p. 229-275.

Stéphane Pradines,  Les fortifications fatimides, Xe- XIIe siècle (Ifriqiyya, Misr et Bilâd al-Šam), Historiographie de la guerre dans le Proche-Orient médiéval (xe-xve siècle). Co-édition Ifao-Ifpo, Le Caire / Damas, à paraître.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *