Cultures matérielles (Xe-XVe siècles)

 

La céramique médiévale égyptienne

Notre présentation n’est en aucun cas un panorama complet de la céramique médiévale égyptienne, mais plutôt une description des céramiques les plus connues, les fossiles directeurs de chaque période. Il est d’ailleurs difficile et dangereux pour un archéologue de vouloir classifier la céramique en fonction des dynasties au pouvoir, notamment en Egypte pour le XIIIe siècle, période de transition entre les dynasties mamelouke et ayyoubide.

Les productions fatimides

La céramique égyptienne à reflets métalliques ou lustre est caractéristique de l’époque fatimide. Cette technique, utilisée par les potiers abbassides au IXe siècle, fut rapidement employée en Egypte à partir du Xe siècle. La couleur cuivrée de ce lustre sur fond de glaçure crème, ainsi que son décor géométrique sont caractéristiques des lustres fatimides. La céramique à décor de glaçures fusantes est aussi datée de l’époque fatimide. La pâte argileuse, de couleur orange est recouverte d’un engobe puis d’une glaçure transparente verte sur laquelle des coulures de glaçure kaki sont peintes en motifs rayonnant. La majorité de ces céramiques sont des formes ouvertes, à panse hémisphérique ou évasée. Les glaçures utilisées, transparentes ou opacifiées, varient entre le jaune, le vert, le brun et le noir, mais on trouve aussi du blanc et du bleu. Certaines pièces à glaçures verte, jaune et brun, ont peut-être été influencées par la céramique chinoise Sancai de l’époque Tang (618-907). Des tâches et des coulures de glaçure verte, jaune ou marron sont peintes sur l’engobe et recouvertes d’une glaçure transparente incolore. Ces céramiques parfois qualifiées de « fayoumi », sont produites en Egypte du Xe au XIIe siècle.

Planche de céramiques fatimides

Les productions ayyoubido-mameloukes

Pour l’époque ayyoubide, les modèles les plus fréquents sont les décors peints en noir sous glaçure transparente incolore, ou  les décors peints en noir sous glaçure transparente

turquoise. Cette céramique possède souvent une pâte siliceuse recouverte d’un engobe sur lequel le décor est peint en noir et recouvert d’une glaçure alcaline transparente incolore ou monochrome.

Céramique XIIIe- XIVe siècles (pl2)

Céramique XIIIe- XIVe siècles (pl3)

La céramique mamelouke est caractérisée par des sgraffiatos datés de la fin du XIIIe au milieu du XIVe siècle. Ces sgraffiatos ont une pâte rouge, friable et granuleuse, extraite des terrains limoneux du Nil. Cette céramique est recouverte d’un engobe argileux où le décor incisé laisse apparaître la couleur sombre de la pâte. Les glaçures les plus fréquemment

Céramique XIIIe- XIVe siècles

employées sont le jaune, le vert, le caramel, le marron  et le noir. Les coupes hémisphériques sur piédouches, les coupes tronconiques sur pied et les gobelets sont les formes les plus communes. Les motifs décoratifs sont essentiellement composés d’éléments calligraphiques en frises sur les parois intérieures. Les inscriptions peuvent être des formules de bénédiction, des louanges, des titres honorifiques ou des signatures. Le centre de ces coupes est généralement orné d’un médaillon avec un blason.

Lampe à huile mamlouke

 

Les productions ottomanes

Au début du XVIesiècle, la céramique fabriquée à Iznik en Turquie est facilement attribuable à l’époque ottomane. Sa pâte siliceuse, recouverte d’un engobe blanc, a un décor peint

Lampe à huile mamlouke

en bleu fouetté sous une glaçure plombifère transparente et incolore. Le reste de la production des céramiques ottomanes est plutôt mal connu, c’est malheureusement trop souvent le cas des vestiges archéologiques des périodes modernes et contemporaines. Cependant lors de nos fouilles sur la porte d’al-Aslam, nous avons découvert un atelier de fabrication de pipes à fumer diffusant deux modèles très différents. L’atelier a produit deux grands groupes de pipes moulées, le premier groupe rassemble des pipes grossièrement façonnées avec une pâte rose-orangée, sans décor. Le second ensemble comprend des pipes à pâte micacée grise, ornées de décors imprimés ou incisés. Cela montre qu’une même zone de production peut proposer à la fois des pipes grossières réservées à une consommation courante ou populaire et des pipes décorées destinées à être conservées par une élite. Toutes ces pipes appartiennent à un contexte archéologique clos et cohérent, avec une véritable stratigraphie. Ces pipes forment un corpus important, en quantité et en qualité. La présence des ratés de cuisson et des fours, a aussi permis d’attester la fabrication de ces objets.

 Publication à venir :

Julie Monchamp, céramologue doctorante, a participé aux fouilles des murailles du Caire, de 2000 à 2009. Elle est en charge de la publication des céramiques trouvées sur le site du Parking Darassa, monographie qui devrait paraître très prochainement.

Le site de Burg al-Zafar et les matériaux périssables de l’époque mamlouke

Peigne en bois, XIVe siècle

Manuscrit sur papier, XIVe siècle

 

Textile mamlouk 01

Textile mamlouk 02

Référence(s) du texte en ligne :

Pradines, S. Michaudel, B. et Monchamp, J. « La muraille ayyoubide du Caire : les fouilles archéologiques de Bab el Barqiyya à Bab el Mahrouq », Annales Islamologiques 36, IFAO, Le Caire, 2002, p. 287-337.

Stéphane Pradines, Note préliminaire sur un atelier de pipes ottomanes à l’est du Caire, Cahiers de la céramique Egyptienne, n°7, IFAO, Le Caire, 2004, p. 281-291.

Stéphane Pradines, Les murailles du Caire : des califes fatimides aux sultans mamelouks, Archéologia, n°418, Faton, Dijon, 2005, p. 60-73.

Stéphane Pradines, Diane Laville, Maia Matkowski, Julie Monchamp, Niall OHora, Magdi Sulayman et Tarek Zurrud. “Excavations of the Archaeological Triangle. 10 years of Archaeological excavations in Fatimid Cairo (2000 to 2009)”, Mishkah, vol. 4, 2009, p. 177-219.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *