Le Caire médiéval : une étude urbaine

Urbanisme du Caire médiéval : des murailles à la ville

Ville du Caire

 Une métropole arabe hors norme

Le Caire est une mégapole de plus de 14 millions d’habitants, située entre l’Arabie et l’Afrique. Ses habitants sont le reflet de cette mixité, une population bigarrée de nubiens, de gens du delta, de grecs d’Alexandrie et de bédouins du Sinaï ou des oasis. Le Caire est la plus grande ville du monde arabe et africain, et ça se voit, ça s’entend, ça se sent. Dans une profusion de couleurs, de fumées et de bruits, le visiteur peine à prendre la mesure de cette cité monstrueuse au passé millénaire. Les touristes s’attardant le plus souvent aux pyramides de Giza ou au musée d’égyptologie, le Caire médiéval restait dans l’oubli et comme l’avait écrit Maspéro, « brûlait peu à peu les parchemins de sa propre noblesse ». Seul le souk, le khan al-Khalili, montrait encore des signes d’activité avec ses hordes de touristes en short venus acheter un petit souvenir « made in china ».

Depuis près de dix ans, une mission française s’attache à redécouvrir le passé oublié du Caire, al-Qahira, « la victorieuse ». La mission des murailles du Caire dépend du prestigieux Institut français d’archéologie orientale, avec le soutien du Ministère des affaires étrangères et de la Fondation Aga Khan. L’objectif principal de nos recherches est d’établir une histoire des fortifications du Caire, principalement des enceintes fatimides (969-1092) et des murailles ayyoubides (1171-1208). Pourtant en travaillant sur les enceintes urbaines, l’équipe s’est retrouvée face à un enjeu plus grand : les fouilles archéologiques ont révélé un cimetière du XVe siècle, ainsi que des habitats dont les plus anciens niveaux remontent à la fin du Xe siècle. C’est pourquoi la mission originalement dévolue à l’architecture militaire a maintenant une vocation plus large qui va de l’anthropologie funéraire à l’architecture domestique, en passant par l’étude de l’aménagement des voiries et la compréhension de la fabrique urbaine sur une durée de près de 1000 ans. Cette étude sur la « longue durée », chère à Fernand Braudel, reste difficile à comprendre sans une mise au point historique préalable.

Le Caire, de la conquête arabe à Muhammad Ali

Carte diachronique de la ville du Caire

L’histoire du Caire médiéval débute donc en 639, l’année où le calife Umar confia au général Amr ibn al-Âs la conquête de l’Egypte. Cette guerre va durer quatre ans, avec finalement la prise de l’ancienne capitale des Ptolémées, Alexandrie, en 642. Une année auparavant, le général Amr s’est heurté à la résistance d’une importante place-forte, le fort byzantin de Babylone, appelé aussi Qasr al-Cham. Ce fort était idéalement situé au départ du delta, entre le Nil et un contrefort montagneux, le Muqattam. Ce goulet d’étranglement permettait de commander habilement la haute et la basse égypte. De plus, un ancien canal, réaménagé par Trajan, partait de Babylone jusqu’au nord du golfe de Suez. La ville était donc reliée à la mer Rouge, mais aussi à la mer Méditerranée par le Nil. Après la prise du fort en 641, un pigeon vient se poser sur le toit de la tente de Amr ibn al-Âs. Le général y voit un signe favorable à la fondation d’une nouvelle capitale pour l’Egypte, cette capitale arabe, localisée sur la rive orientale du Nil, serait assez proche de Médine par voie de terre. Fûstat, « la ville des tentes », est crée. Une grande moquée est construite face à l’île de Rhoda, à côté d’un petit port. De nos jours, la ville de Fûstat est appelée « vieux Caire », ou « Caire copte », par référence au fort byzantin  de Babylone et aux églises coptes installées dans ses murs.

En 658, une dynastie émerge des héritiers du prophète, les Califes Umayyades qui régneront sur un empire immense, dont la capitale est Damas. L’Egypte n’est alors qu’une des nombreuses provinces de l’empire. En 750, la nouvelle dynastie des Abbassides prend pour capitale Bagdad. Les Abbassides décident de créer de nouveaux lotissements au nord de Fûstat pour leur gouverneur et ses officiers, ce sera al-Askar, « les gardiens ».

En 868, le gouverneur Ahmad ibn Tûlûn prend son indépendance et crée sa propre dynastie, les Tûlûnides. Il crée une nouvelle ville royale sur les collines au nord d’al-Askar, qu’il nomme al-Qatâï. Le centre de cette agglomération est occupé par la massive mosquée d’Ibn Tûlûn. Le prince crée une cité idéale, extrêmement raffinée, avec des hippodromes et des parcs de chasse. Hélas cette cité ne vivra pas longtemps, en 905, les Abbassides envoient une armée et détruisent al-Qatâï. Quelques années plus tard, en 939, un autre gouverneur fait sécession de l’empire abbasside et crée la dynastie des Ikhshidides. Suite à la faiblesse de ce pouvoir et à des problèmes de succession, les armées fatimides entrent en Egypte en 969.

Les Fatimides viennent d’Ifriqiya, plus précisément de la Tunisie actuelle. Cette dynastie chiite ismaélienne a son propre calife et reste opposée au califat sunnite de Bagdad. C’est le troisième calife fatimide, al-Mu’izz, qui  arrive en Egypte avec son général Gawhâr al-Siqilli. Les Fatimides sont très différents de la population locale, pour préserver leur rang et leur sécurité, ils construisent une ville princière au nord de la ville tûlûnide. Cette ville princière est appelée al-Qâhira, « la victorieuse ». Elle est composée d’une enceinte en briques crues de plan rectangulaire, protégeant deux palais, les villas des troupes d’élite, des officiers et des princes. Au centre, se dresse la mosquée d’al-Azhar fondée en 971. L’agglomération est bordée à l’ouest par le canal de Trajan, appelé Khâlig al-Masri. L’ancienne ville de Fûstat se développe de façon incroyable sous les Fatimides, elle englobe les établissements abbassides d’al-Askar et al-Qatâï. On parle alors de la ville de Misr qui donnera son nom au pays et aux habitants. Misr-Fûstat est la ville du peuple, le « poumon » économique du califat fatimide, c’est une des plus grandes villes du monde arabe médiéval.

En 1060, l’autorité fatimide va être mise à mal par des problèmes économiques liés à de mauvaises crues du Nil, des épidémies et des famines. Il s’ensuit des scènes de pillages, d’émeutes et de révoltes. Le calife de l’époque, al-Mûstansir, fait alors appel à l’un de ses meilleurs soldats, Badr al-Gamâlî, ancien gouverneur de Damas et d’Acre. Badr al-Gamâlî est nommé vizir, il rétablit l’ordre au Caire et aux frontières du royaume grâce à ses troupes d’élite arméniennes et la garde noire du Calife. En 1087-1092, il fait construire une nouvelle enceinte en briques crues avec des portes monumentales en pierre. La cité d’al-Qâhira passe alors de 136 hectares à plus de 160 hectares. Le Caire n’est plus un ghetto princier, mais devient une vraie ville ouverte au peuple. Face à un pouvoir califal en pleine érosion, Badr al-Gamâlî devient alors le véritable maître de l’Egypte. Les vizirs vont conserver le pouvoir effectif jusqu’à la fin du régime fatimide.

La richesse des califes fatimides et la position stratégique de l’Egypte attirent de nombreuses convoitises. C’est ainsi qu’à trois reprises, les Croisés venus du royaume de Jérusalem vont envahir l’Egypte. En 1168, le roi Amaury 1er et ses troupes sont aux portes du Caire. Les faubourgs de la ville de Misr sont incendiés afin que les croisés ne s’installent pas pour faire un long siège de la cité. Les Fatimides affaiblis sont désemparés, ils font alors appel au prince de Damas, Nûr al-Dîn, pour les aider contre les Francs. Ce dernier envoie des soldats et ses meilleurs lieutenants, l’émir Chirkûh et son jeune neveu Salah al-Din. Une fois l’Egypte sécurisée, Chirkûh fait assassiner le vizir Chawâr, et prend sa place auprès du calife fatimide al-Adîd. Mais Chirkûh va décéder quelques mois après, laissant le champ libre à son ambitieux neveu, Saladin.

Par une succession « d’heureux » hasards, le calife al-Adîd meurt en 1171. Saladin prend alors le contrôle total et rétabli le sunnisme en Egypte. Saladin fait construire une grande muraille de 14 kilomètres de long et une citadelle. Cette muraille réuni les deux villes, al-Qâhira et Misr-Fûstat. Saladin est vraiment le précurseur du grand Caire que nous connaissons actuellement. Nûr al-Dîn s’éteint à Damas en 1174. Suite à des problèmes de succession et une stratégie habile, Saladin arrive à s’imposer comme maître de l’Egypte et de la grande Syrie. Il fonde la dynastie des Ayyûbides. Avec ses nouveaux territoires et une immense armée, il arrive à circonscrire la menace croisée jusqu’à la victoire de la bataille de Hattîn en 1187. La même année, les Ayyûbides prennent Jérusalem. Après quelques hésitations, les Ayyûbides installent le siège de leur pouvoir dans la citadelle du Caire. Le sultan ayyûbide est secondé par des émirs, qui sont des chefs de guerre choisis pour leur fidélité dans la caste des soldats esclaves mamlûks. Le « mamlûk » ou serviteur est le plus souvent un jeune esclave originaire d’Europe de l’est ou d’Asie centrale, le plus souvent kurde ou turc. Formé au métier des armes, le Mamlûk peut obtenir de grandes responsabilités, un palais et de nombreuses richesses, mais il doit fidélité au sultan.

Lors de la cinquième Croisade, Saint Louis et ses troupes coalisées pénètrent en Egypte, ils font le siège de Damiette en 1249, puis remontent le delta du Nil. Ils sont stoppés par les Ayyûbides à la bataille de Mansûrah, le roi Saint Louis est même fait prisonnier en 1250. La même année, une crise de succession très grave affaibli le sultanat ayyûbide, les chefs de guerre mamlûks ne reconnaissent pas le nouveau sultan Tûrân Shâh. Les émirs tuent le sultan et marient sa femme avec l’un d’entre eux, ils fondent ainsi la dynastie mamlûke. Les Mamlûks vont hériter un territoire immense des Ayyûbides, ils vont continuer la lutte contre les Croisés et l’occupation franque de la Palestine. Au milieu du XIIIe siècle, le sultan Baybars « le lion » illustre parfaitement ces valeureux combattants mamlûks. Ces luttes territoriales vont se terminer en 1291 avec la prise d’Acre, dernière possession des Croisées en Terre sainte.

Pendant deux siècles et demi, les dynasties mamlûkes bahrites, puis circassiennes, vont régner sur l’Egypte et la grande Syrie, « le Bilad es-Sham ». L’urbanisation du Caire va s’accélérer avec l’occupation de nouveaux quartiers, d’abord au sud du Caire fatimide jusqu’au pied de la citadelle. Puis ce sont les terres inondables à l’ouest du Khalig qui vont être amendées. Un nouveau port de commerce et un arsenal sont créés au nord-ouest du Caire, à Bûlaq. La nécropole du Caire, la Qarafa, voit fleurir de grands mausolées dédiés à de grands émirs ou à des sultans et surmontés de somptueuses coupoles. L’ancienne ville de Misr-Fûstat est progressivement abandonnée. Le Caire se couvre de nombreux monuments publics ou privés, de grandes mosquées ornées de hauts minarets, de madrasas ou écoles coraniques, de palais, de wakâla ou caravansérails et de belles fontaines publiques, appelées sabîls.

En 1517, le sultan turc Sélim Ier fait la conquête de l’Egypte. Le pays devient alors une province de l’empire ottoman, contrôlée par des Pachas et des Beys. Pour beaucoup d’historiens, la période moderne égyptienne commence avec la domination ottomane qui correspond à de grands changements partout en Europe. Néanmoins pour d’autres chercheurs, il n’y a pas de rupture majeure dans la société égyptienne qui conserve son réseau de seigneurs mamlûks. L’architecture et l’urbanisme sont influencés par la capitale ottomane, Istanbûl, mais là aussi, il n’y a pas de rupture dans le processus d’urbanisation. Tout au plus, une nouvelle classe de marchands bourgeois émerge, qui se traduit par la création de riches demeures et de petits palais.

La véritable entrée de l’Egypte dans la période moderne correspond plutôt à l’Expédition française et l’arrivée de Napoléon Bonaparte en 1798. Après une occupation difficile et éphémère, les Français se retirent du Caire en 1801. Le sultan nomme un officier albanais comme gouverneur du Caire en 1805. Mais Muhammad Ali ne reste pas longtemps un subalterne, il fait assassiner les derniers seigneurs mamlûks lors d’un déjeuner à la citadelle et prend le pouvoir en 1811.  Muhammad Ali va faire construire une nouvelle mosquée et un nouveau palais à la citadelle. Il fait appel à des ingénieurs français pour tracer de nouvelles rues, fonder de nouvelles villes et re-fortifier toute la côte du Delta du Nil. Muhammad Ali et ses successeurs élèvent la métropole égyptienne au niveau des grandes agglomérations européennes, avec une architecture et des boulevards haussmanniens. Le Caire moderne est né.

L’archéologie du Caire médiéval

Si l’histoire du Caire est très bien connue dans les sources arabes ou latines, son archéologie l’est beaucoup moins. Ainsi nous n’avons aucune trace archéologique des établissements abbassides d’al-Askar et al-Qatâï.

Par contre, les ruines de Fûstat vont attirer très tôt les chercheurs et cela pour deux raisons. Tout d’abord, le site de Fûstat possède la même aura et le même prestige que des villes légendaires comme Samarra, Samarkand ou Suse : il s’agit d’un centre médiéval majeur. Ensuite, Fûstat est tombé à l’abandon dès le XVIe siècle. Le vaste champ de ruine de cette métropole n’a pas été réoccupé, la ville s’étant décentrée vers le nord dès l’époque fatimide. Cet espace ne sera ré-urbanisé que dans la seconde moitié du XXe siècle, après la révolution nassérienne. Les archéologues avaient donc des facilités logistiques pour ouvrir de vastes fouilles en aire ouverte sans être gênés par la ville actuelle. C’est ainsi que les fouilles de Fûstat débutèrent en  1912, grâce à une équipe du Musée du Caire dirigée par Ali Bahgat et Albert Gabriel. Ensuite, il faut attendre les Orientalistes de l’Institut de Chicago et le Centre de recherche américain au Caire pour voir de nouvelles grandes fouilles dirigées par Georges Scanlon, de 1964 à 1980. Dans les années 70, Mutsuo Kawatoko et une équipe japonaise vont aussi entreprendre des fouilles à Fûstat. Enfin dans les années 1980, Roland-Pierre Gayraud (Cnrs) débute des fouilles sur les marges méridionales de la ville de Fûstat, sur le plateau d’Istabl Antar. Les résultats de toutes ces fouilles archéologiques vont nous apprendre beaucoup de choses sur la ville islamique, depuis la conquête jusqu’à l’époque fatimide. Les habitants vivaient dans de somptueuses villas à cour centrale, dotée de fontaine et de jardin d’agrément. L’eau arrivait dans la ville grâce à des aqueducs. Les murs des édifices étaient recouverts d’élégants décors stuqués. Les maisons et les rues étaient équipées d’un système d’égouts très complexe. De grands mausolées funéraires bordaient la ville, au sud et à l’est.

Concernant le Caire des Fatimides, la situation archéologique a été différente. Le Caire fatimide est souvent appelé Caire islamique, son noyau est centré autour de la mosquée d’al-Azhar et du souk actuel, le Khan el-Khalili. Dans les années 1980, l’Egypte redécouvre le Caire islamique et son patrimoine architectural qui avaient été longtemps occultés par la présence des monuments pharaoniques. L’architecte Bernard Maury fut l’un de ces pionniers en commençant des travaux de conservation et de restauration sur des maisons ottomanes. Il fut rapidement suivi par de nombreux projets égyptiens, américains, polonais, allemands et italiens. Ces activités de conservation concernaient des édifices majeurs : palais, mosquées, madrasas et caravansérails, pour la plupart datés des époques mamlûke et ottomane (XIIIe-XVIIIe siècles). Ces travaux de conservation ont parfois donné lieu à de petits sondages archéologiques qui nous ont apporté quelques données extrêmement fragmentaires. Finalement, aucun travail archéologique d’importance n’avait été entrepris dans le Caire fatimide !

De nouvelles données sur l’histoire urbaine du Caire

En 1999, la Fondation Aga Khan met en place un projet de restauration et de conservation de la muraille de Saladin au Caire. Parallèlement une coopération scientifique est établie avec l’Institut français d’archéologie orientale afin d’étudier cette muraille ayyubide. La muraille, ses tours de flanquement et ses portes ont fait l’objet d’études architecturales du bâti et de fouilles stratigraphiques, préalables à toute étude sérieuse d’une fortification. La découverte de nouvelles inscriptions Ayyûbides et fatimides a permis de resserrer nos datations et de proposer une nouvelle histoire des fortifications du caire.

Les murailles Ayyûbides ont été bâties en trois phases principales. Tout d’abord de 1173 à 1177, Saladin fait fortifier la ville, depuis al-Maqs dans la partie nord-ouest jusqu’à Burg al-Mahrûq, dans l’angle sud-est du Caire fatimide. Il débute aussi les travaux de la citadelle. De 1183 à 1201, la muraille rejoint le pied de la citadelle, le front oriental de la ville est complètement fermé. Des travaux débutent au sud de la citadelle autour de Bab al-Qarafa. Enfin, les travaux de fortification se terminent à Fûstat en 1202-1208. Il aura donc fallu plus de trente ans pour enfermer la ville dans une enceinte semi-circulaire qui allait de la rive nord-ouest du Nil, à Burg al-Maqs jusqu’à la rive sud-ouest du Nil, à Bab al-Qantara. Malgré quelques tentatives avortées, la partie occidentale du Caire resta toujours ouverte sur le Nil.

Concernant les fortifications fatimides du Caire, nos connaissances étaient encore plus floues. Aucune donnée archéologique n’existe sur la première enceinte fatimide du général Gawhâr datée de 969-971. Les scientifiques ne connaissaient que les portes monumentales de Bab al-Nasr, Bab al-Fûtûh et Bab Zuwayla, datées de la fin du XIe siècle. Seules des fouilles archéologiques pouvaient apporter des éléments nouveaux sur ces fortifications aujourd’hui disparues. Les quelques sondages initialement prévus en 1999 sont devenus de larges fouilles de sauvetage en aire ouverte. Trois sites ont fait l’objet de ces recherches poussées, le Parking Darassa de 2001 à 2009 ; Bab al-Tawfiq de 2004 à 2005 et Burg al-Zafar de 2007 à nos jours. Les trois sites ont révélé la présence d’une enceinte en briques crues, de presque 4m d’épaisseur et préservée par endroit sur 4m de hauteur. Cette fortification était située au revers de la muraille de Saladin, à 16m de cette dernière. La fouille de la porte de Tawfiq a permis de dater avec précision cette enceinte de l’époque du vizir Badr al-Gamali, soit de 1087-1092. Saladin a donc suivi le tracé de l’enceinte fatimide en doublant cette dernière avec une muraille en calcaire située au devant. L’analyse stratigraphique a permis aussi de démontrer que l’enceinte fatimide était encore en élévation à l’époque de Saladin, c’est l’occupation mamlûke du XVe siècle qui a complètement phagocyté et oblitéré cette fragile architecture de terre.

Les derniers travaux de fortification fatimide remontent à Saladin lorsqu’il était vizir du dernier calife fatimide, al-Adîd. De 1169 à 1171, Saladin commença à doubler les défenses du Caire. Les seuls témoins de cette période sont quelques tours du front nord et deux tours d’angle du front oriental de la ville, Burg al-Zafar et Burg al-Mahrûq. Ces édifices sont extrêmement importants car ils montrent une phase sensible de transition entre l’architecture califale fatimide très raffinée et l’architecture ayyûbide, plus fonctionnelle et adaptée à la poliorcétique de son temps.

En guise de conclusion, nos recherches permettent de mieux comprendre l’architecture militaire du Caire entre le  XIe et le XIIe siècle. Le tracé des enceintes urbaines ainsi restitué nous donne une autre vision des limites de la ville. Des données archéologiques supplémentaires s’ajoutent à ces résultats comme la découverte d’un cimetière mamlûk et des niveaux d’habitats datés du XIIIe à la fin du XVsiècle. L’étude des artefacts associés aux couches stratigraphiques nous donne une vision très complète de la vie quotidienne dans le Caire médiéval. L’ensemble de notre travail sera publié prochainement sous la forme de trois volumes, l’un consacré aux fortifications fatimides et Ayyûbides, l’autre traitant des niveaux de la ville mamlûke, enfin le dernier sera dédié au matériel archéologique, essentiellement la céramique. Les fouilles de l’Institut français d’archéologie orientale sont très importantes car elles nous apportent des pans entiers d’informations inédites sur le Caire, qui risquent d’être détruites à tout moment par des promoteurs peu scrupuleux.

Référence(s) du texte en ligne :

Pradines, S. « A la découverte du Caire médiéval : Une métropole arabe hors norme », Histoire et Images médiévales, n°35, 2010, p. 56-65.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *