Parking Darassa

Le site du Parking Darassa

Plan des zones du Triangle archéologique, Parking Darassa

 

Depuis 2001, la mission française est en charge de fouilles archéologiques de sauvetage sur un espace intra-muros jouxtant l’enceinte, le Parking Darassa  . Le parking ou garage Darassa est aussi appellé« triangle archéologique » et fait partie du projet AKTC de l’Urban Plaza. L’emplacement du site – à une centaine de mètres de la grande mosquée fatimide d’al-Azhar et contre la muraille ayyoubide – se prête parfaitement aux recherches archéologiques. L’étendue du parking de Darassa constitue un formidable champ d’investigation pour la connaissance du Caire médiéval, cet espace intra-muros permet d’observer l’interaction entre la ville et les fortifications du Caire, depuis l’époque fatimide jusqu’à nos jours.

Triangle archéologique, zone du cimetière mamlouk

Le cimetière mamlouk des zones occidentales : Z1, Z5 et Z8

La fouille de la zone 1 a débuté en 2001 et s’est terminée en 2009. Nous avons rapidement mis au jour un cimetière de l’époque mamelouke. Les sépultures fouillées sont très simples, les individus étaient enterrés en pleine terre, entourés d’un simple linceul dont nous avons trouvé quelques fragments épars. Les corps sont orientés nord-sud, la face tournée vers La Mecque. Plusieurs stèles funéraires ont été retrouvées, dont une avec une inscription, mystérieusement recouvert d’un enduit qui couvrait le nom du défunt.

Stèle funéraire mamlouke, avec inscription

Ce cimetière musulman ne peut pas être considéré comme « classique », néanmoins il est aussi difficile de définir un cimetière médiéval car il existe très peu de documentation sur ce sujet et encore moins de fouilles. Nous avons retrouvé une grande quantité d’individus superposés les uns aux autres sur des surfaces relativement réduites mais parfois très profondes, avec des individus en connexion au milieu d’ossements « dérangés ». Certains ossements présentaient d’importantes traces de « combustion », avec restes ou traces de tissus, sur des squelettes ayant gardé la quasi-totalité de leurs connexions anatomiques.

Sépultures mamloukes, DHF24

Nous avons pu observer et étudier dans cette zone des dépôts humains dont les caractéristiques sont à la fois différentiées et originales : multiplication des squelettes entassés les uns sur les autres dans ce qui semble être de petites fosses (dont les limites ne sont pas toujours bien suivies partout mais identifiables d’après les indications taphonomiques) assez profondes, les ossements présentant d’importantes traces de « combustion », mais ayant conservé la quasi-totalité de leurs connexions anatomiques, ainsi que des fragments de tissus, peut-être de cheveux et de peau. « Encastrés » semble être le meilleur terme actuellement pour qualifier ces squelettes, dont l’imbrication sans dérangement des connexions laisse penser à des inhumations simultanées. Les modalités de « combustion » restent actuellement à déterminer : pas de traces de bûcher ni de charbon en grande quantité, etc. ; la pulvérulence du sédiment par endroit pourrait faire penser à de la cendre, mais ceci devra être précisé ; la présence d’un petit gravillon tout autour des os, sur une surface équivalente à l’emprise de la chair, la conservation de certains espaces vides secondaires, le maintien des connexions anatomiques, la coloration différentielle des os ou la conservation de matières organiques, seront autant d’indices lors de l’étude à venir pour nous guider dans l’interprétation de ces dépôts. A côté des dépôts décrits ci-dessus, nous avons découvert des zones plus étendues, où plusieurs limites (incomplètes) de fosses semblent se recouper dans la partie inférieure, mais apparaissant dans la partie supérieure comme une seule fosse de grand diamètre : dans le remplissage, l’accumulation des dépôts humains est toujours la règle, mais avec des modalités d’inhumations différentes : les squelettes en connexions, d’âges divers, voisinent avec quantité d’ossements « dérangés ».

Ces premières considérations issues directement des observations de terrain, seront donc complétées et précisées lors de l’étude anthrobiologique et taphonomique. Nous pouvons d’ores et déjà remarquer qu’une partie de la zone sépulcrale présente des particularités originales et peu communes pour un cimetière à dominante musulmane. En effet, les squelettes semblent pour la plupart disposés selon la coutume musulmane en vigueur en Egypte, couchés sur le côté droit, orientés NE-SW, avec la tête côté sud et la face tournée vers l’Est. Néanmoins, la « combustion » possible des ossements, à première vue, lors de l’inhumation, est très éloignée de ce qui est généralement admis en Islam. Des échantillons ont été prélevés pour analyse, à première vue, il semble que ce soit un produit liquide et inflammable qui ait été utilisé comme du naphte. Ce produit est bien connu des Byzantins et des Islamisés, et a été utilisé dans la composition du feu grégeois. Les conditions d’utilisation de cette pratique et les principes religieux qui pourraient y être opposés devront être étudiés en détail avec des historiens et anthropologues culturels afin de savoir si cette pratique peut être admise en temps de crise. Une hypothèse de travail sera axée sur l’adéquation des faits archéologiques observés avec l’existence, connue par les sources historiques, de grandes épidémies de peste entre le XIVe et le XVe siècle au Caire. En 1348, la peste noire avait profondément marqué le paysage urbain, des quartiers entiers ont été abandonnés.

Le cimetière, situé intra muros, est délimité par un enclos, ou du moins suit-il une limite à l’est formée par un mur épais en parement calcaire (M14). Il s’agit du mur d’un ancien bâtiment daté du XIIIe siècle.

La durée de vie du cimetière mamelouk s’étend sur plus d’un siècle, de 1350 à 1450 environ. Témoins de cette durée, des canalisations antérieures et contemporaines du cimetière passent sur certaines sépultures et sont recoupées par d’autres tombes.

Nous avons ici un exemple de paupérisation d’un quartier luxueux, laissé à l’abandon puis transformé en cimetière au cours du XVe siècle sous les Mamelouks circassiens. Le cimetière a été installé dans une zone désertée, en friche. Les niveaux de destruction et de démolition sont datés du XIVe siècle. Sous le terme archéologique très descriptif de destruction, il faut plutôt voir un abandon et une récupération des matériaux de construction qui se traduisent par la ruine et la démolition. Tous ces témoignages matériels s’accordent bien avec les témoignages historiques tel celui de Maqrîzî, cité par André Raymond (1993 : 143-153). Le Caire subit une grande crise économique et une partie des quartiers orientaux sont abandonnés. Mais il n’en a pas toujours été ainsi, nos fouilles ont révélé la richesse architecturale de cette partie du Caire aux périodes précédentes : ayyoubide et mamelouke bahrite. Nous avons mis au jour des bâtiments monumentaux et un réseau complexe d’égouts et de canalisations.

Nous n’avons pas trouvé de tombes ottomanes, mais des archives nous permettent de dire que ce cimetière a été utilisé durant l’époque ottomane et jusqu’au XXe siècle. Une carte, celle de Pagano, mentionne d’ailleurs la présence d’une zone de ruines et de tombes à la fin du XVe siècle. En 1802, le cimetière est parfaitement indiqué sur la carte du Caire dans « La Description de l’Egypte » et il est mentionné sur une carte de Pascal Coste en 1825. D’après des documents photographiques, de nombreuses tombes étaient encore visibles jusqu’au début du XXe siècle, du site jusqu’à Burg al-Mahruq. Le site du parking Darassa ne comportait pas de niveaux modernes car toutes les couches ottomanes ont été décaissées lors des grands réaménagements urbains de la seconde moitié du XXe siècle (1956-1981), depuis les grands travaux de percement de la rue d’al-Azhar, jusqu’aux travaux plus tardifs sur le boulevard de Salah Salem.

Les zones 4 et 5 : la ruine du Caire

La zone 5 a été fouillée du 5 octobre au 28 novembre 2002. Nos collègues du CSA ont demandé à l’AKTC de creuser deux secteurs de fouilles ont été ouverts : CN1 et CN2 au nord du site et nous a invité à les fouiller, sans concertation préalable. Des écoulements d’eau au sud et un effondrement de la coupe orientale, ont conduit à geler la fouille d’une partie de ce secteur, notamment au sud.

Le secteur CN1 était un carré de 17,5m de côté et 5,3m de profondeur (et près de 8m au nord par rapport à la rue actuelle). Toutes les structures bâties trouvées ont été attribuées à la période mamelouke. Le secteur CN1 a livré très peu de sépultures du XVe siècle, quatre au total. Une tombe revêt un intérêt particulier, il s’agit de la sépulture S.1 (4042), aménagée à travers un dallage de la période précédente. Cette tombe illustre la réutilisation d’un espace construit XIIIe siècle, puis abandonné au XIVe siècle et réaménagé en zone funéraire au XVe siècle. L’ensemble architectural du XIIIe siècle est composé d’une entrée coudée, d’un dallage, de canalisations et d’une fontaine. L’entrée en chicane appartient à un grand bâtiment, doté d’une cour pavée et d’un beau bassin ou fontaine d’agrément. Les canalisations 4057 et 4084 sont composées de tuyaux en céramique protégés par une gangue de briques cuites. Il s’agit d’arrivées d’eau ou d’évacuations vers un collecteur principal comme la conduite d’égout 4091. La construction 4088  est un bassin en briques cuites recouvertes d’un enduit blanchâtre. Orienté nord-sud sur une longueur de 195 cm, le mur de ce bassin possède deux décrochements, des niches de forme trapézoïdale. Sous l’US 4082, ce bassin d’agrément doit remonter à la fin du XIIIe siècle. Toutes les structures liées à la circulation de l’eau, eau potable, eau usée ou eau d’agrément (fontaine), sont des éléments architecturaux attribués à la seconde moitié du XIIIe siècle.

Le secteur de fouille CN2 faisait 17,4m du nord au sud, sur 15,5m d’est en ouest et 8m de profondeur. Les piliers de fondation d’une caserne de pompiers du XXe siècle ont profondément perturbé la stratigraphie de ce secteur. L’intérêt du secteur CN2 est lié aux nombreuses tombes mameloukes exhumées, soit 17 tombes dont 15 tombes ont été étudiées. En tout, la campagne de 2002 a permis d’inventorier 19 tombes du XVe siècle, toutes situées à l’ouest d’un mur nord-sud dans une zone intra-muros. Un gros mur massif est-ouest traverse le nord du secteur CN2. MR1 a un beau parement sud, bien préservé sur plusieurs assises. Le mur MR1 est identique et sur le même axe que le mur 4099 du secteur CN1, attribué au XIVe siècle. Le mur 5012 ou MR3 est localisé contre la coupe orientale du secteur CN2, c’est le même mur nord-sud que l’on retrouve dans la zone 4. MR3 a été construit en plusieurs phases. La phase finale, très haute, consiste dans des assises de briques cuites montées sur le mur d’origine en calcaire, cette phase est certainement d’époque ottomane et le mur primitif est daté du XIIIe siècle. Le mur MR3 est un très long mur nord-sud, parallèle aux enceintes fatimide et ayyoubide, et qui traverse l’ensemble du site du « triangle archéologique ».

L’occupation mamelouke et la destruction de l’enceinte fatimide, zones 3, 6 et 8

Cet habitat périphérique, très modeste, était installé dans un secteur de ruines et de tombes. C’est ainsi que Maqrîzî décrit cette zone entre Bâb al-Barqiyya, et la rue Bayn al-Surayn, comme étant occupée par des maisons à moitié en ruine, peuplées de « mauvaises personnes »[2]. C’est donc l’un de ces modestes édifices mamelouks que nous avons retrouvé.

Les niveaux d'habitats mamlouks

La porte de cette maison s’ouvrait à l’est, sur une ruelle. A ce moment, l’enceinte ayyoubide ne devait plus être employée car les niveaux mamelouks sont beaucoup plus hauts que les niches d’archères. L’analyse des dépôts stratigraphiques démontre que la muraille a cessé d’être utilisée comme élément défensif dès la fin du XIIIesiècle. En effet, les niveaux d’ordures et les structures mameloukes appuyées contre la muraille sont clairement des témoins de la réoccupation et de l’abandon de l’édifice militaire. L’enceinte ayyoubide est donc très rapidement phagocytée par la ville grandissante. Ce phénomène s’explique en partie par le contexte politique au Proche-Orient, les sultans mamelouks luttent aux confins de leur empire et le Caire n’est pas directement menacé. La maison mamelouke a été construite contre une enceinte en briques crues plus ancienne – plus précisément dans l’angle formé par le ressaut de la tour et le départ de la courtine.

La fouille de cette zone a ébuté en 2002. La zone 6 et le secteur CE1 sont localisés au nord de la maison fatimide et de la tour en brique crue. Nous avons mis au jour une maison dont le remplissage est composé de céramiques d’époque mamelouke, de la fin du XIVe à fin du XVe siècle. Dans la maison, plusieurs niveaux de sols ont été exhumés avec de grosses céramiques écrasées en place, certainement des vases de stockage. Cette maison sommaire s’appuie contre le bâtiment en brique crue, au sud. Elle est très nettement postérieure au massif de brique. La porte de la maison est tournée vers l’est, sur un niveau de circulation (US 7006) – une rue qui semble être au même niveau que la rue en connexion avec le grand mur nord-sud du cimetière mamelouk. La maison était légèrement encaissée par rapport au niveau de la rue, ce qui est très fréquent au Caire, où les rues sont constamment rehaussées. A ce moment, l’enceinte ayyoubide ne doit plus être utilisée car les niveaux mamelouks sont assez hauts par rapport aux niches d’archères.

Premièrement, le niveau des sols de la maison et le niveau de la rue attenante indiquent que la muraille de Saladin n’est plus utilisée au XIVe siècle. L’analyse des dépôts stratigraphiques démontre que la muraille a du cesser d’être utilisée comme élément défensif dès le milieu du XIIIe siècle. En effet, les niveaux d’ordures et les structures mameloukes appuyées contre la muraille sont clairement des témoins de la réoccupation de l’édifice militaire. L’enceinte ayyoubide est phagocytée par la ville grandissante.

Deuxièmement, la maison mamelouke a été construite dans un recoin de l’enceinte de Badr al-Gamali, contre la tour  et l’enceinte fatimide en brique crue. L’enceinte de 1090 a donc servi d’appui à la maison du XVe siècle. Cela indique que l’enceinte fatimide était encore visible dans le Caire du XVe siècle, et c’est probablement cette enceinte que décrit Maqrizi en parlant de la zone entre les deux enceintes. Le témoignage de Maqrizi est donc fiable d’un point de vue descriptif, largeur de l’enceinte, distance par rapport à la muraille de Saladin, par contre, son analyse est fausse quand il attribue cette enceinte à Gawar et non à Badr al-Gamali.

La zone 8 a été fouillée du 7 octobre au 22 novembre 2003. La zone 8 est une bande rectangulaire de 30m de long sur 8m de large, entre la zone 3 et la tranchée des Antiquités, la zone 4. La zone 8 a été subdivisée en 2 secteurs, S.1 au nord et S. 2 au sud. L’essentiel des vestiges de la zone 8 se compose d’habitats et d’égouts d’une période de transition entre les époques mamelouke et ottomane. L’ensemble stratigraphique étudié est très cohérent avec des niveaux supérieurs qui sont datés de la fin du XVe siècle ou du début du XVIe siècle et sont marqués par un habitat sommaire de la fin de l’époque mamelouke, visible dans la coupe stratigraphique  de la zone 3, secteur 1, habitat situé au même niveau que la maison exhumée en 2002. Nous avons découvert de plusieurs fragments de meules circulaires qui sont liées à des activités domestiques pour moudre le grain par exemple. Nous avons aussi exhumé une grande fosse remplie de céramiques communes de grande taille, certaines de ces jarres de stockage sont parfaitement conservées, elles sont datées du XVe siècle. Pour les niveaux mamelouks et ayyoubides, les couches intermédiaires comprennent des structures et des niveaux de sol du XIVe et XIIIe siècles. La terrasse ayyoubide est un remblai de sabler jaune quasiment stérile car il a été réalisé avec le substrat naturel du site, le sable du désert. Les rares céramiques trouvées dans cette couche sont plutôt attribuées à la période fatimide, en fait il s’agit de remontées de matériel plus ancien, trouvé dans ce niveau par l’opération de creusement de la tranchée de fondation de la muraille de Saladin, datée de 1171-77 ad. La campagne de fouille nous apprend que cette terrasse ayyoubide de sable jaune s’étend tout le long de la muraille. Enfin, nous avons ouvert un sondage stratigraphique profond dans la partie sud de la zone 8. Ce sondage avait pour but de préciser la nature des couches anciennes et de savoir s’il y a eu une occupation fatimide au sud du triangle archéologique. Sous la terrasse de sable jaune ayyoubide, les niveaux contenaient beaucoup de fragments de céramiques communes fatimides. La fouille a livré des niveaux d’occupation fatimide assez tenus, datés du XIe au XIIe siècle.

Rue mamlouke, XIVe siècle

La muraille ayyoubide, un doublement des fortifications préexistantes

L’élément architectural le plus important de ce site est l’enceinte de Saladin. Nous avons retrouvé le niveau de circulation de l’époque ayyoubide : il s’agit du débord des fondations de la muraille. La semelle de fondation de la muraille de Saladin débute sous le débord en pierre taillée au niveau d’une terrasse de sable qui correspond au niveau de circulation des soldats à l’époque de l’utilisation de la muraille. La semelle de fondation de la muraille atteint 1,8 m de profondeur. Le creusement de la tranchée de fondation a recoupé une partie d’une maison antérieure, notamment une canalisation qui part vers l’ouest et un sol en béton de chaux. Il existe une poterne au sud de la tour n°49, mais au vu des fondations de la muraille sur le site du Parking Darrâsa, nous pensons que le fossé était moins profond (environ 4 m de profondeur) qu’au niveau des portes (plus de 7 m). Néanmoins, la présence manifeste de plusieurs poternes et de deux ponts sur l’enceinte ayyoubide orientale sont des indices suffisants pour admettre l’existence d’un fossé régulier tout le long de la muraille entre les tours de Zafar et de Mahrûq.

La terrasse de sable jaune, aménagée derrière la muraille, est une couche qui mesure en moyenne 90 cm d’épaisseur (US 2022/7020) et provient des déblais créés lors du creusement de la tranchée de fondation de la muraille ayyoubide. Cette terrasse artificielle avait pour fonction d’assainir l’espace derrière l’enceinte et de permettre une circulation rapide des troupes. Ce niveau peut être daté avec précision grâce à la stratigraphie et le matériel céramique. Cette datation est confortée par une inscription trouvée à Bâb al-Barqiyya [Bâb al-Gedid n°2] en 2002, précisant que les travaux de construction de cette partie de la muraille de Saladin eurent lieu de 1173 à 1177. Outre son utilité de marqueur chronologique, cette terrasse de nivellement ayyoubide a recouvert des structures fatimides qui furent arasées préalablement. La largeur de la terrasse de sable est de 8m, ce qui correspond à la distance entre la muraille de ayyoubide et la tour fatimide[3]. Le sable de cette terrasse vient buter contre la base érodée de la tour en briques crues. Stratigraphiquement, cela veut dire que les Ayyoubides n’ont pas détruit la fortification fatimide[4]. S’agit-il d’un réemploi de cette enceinte à usage militaire ? L’espace entre les deux enceintes pouvant servir d’espace de circulation pour les soldats à la manière d’une lice. Cette hypothèse, que nous avions émise en 2003, a été validée en 2007 grâce aux fouilles derrière Bâb al-Gedid sur le site de Burg al-Zafar.

Une tour fatimide en briques crues

Sous la terrasse ayyoubide, nous avons dégagé des niveaux d’occupation fatimide. Ces niveaux  atteignaient de 80 cm à 1m d’épaisseur et regroupaient plusieurs phases d’occupation dont une portion de l’enceinte en briques crues.

Les niveaux supérieurs, de près de 42 cm d’épaisseur, comme l’unité stratigraphique 2023, remontent à 1090-1150. Ce sont des rejets d’ordures en dehors de l’enceinte fatimide : c’est la phase finale de l’occupation fatimide dans ce secteur.

Enceinte fatimide en briques crues, 1087-1091

La structure M2 (US 2005) est un massif plein quadrangulaire composé de grosses briques crues carrées de 40cm de côté. Cette tour en briques crues fait 14,20 m du nord au sud et 7,87 m d’est en ouest, elle est conservée sur près de 4m de hauteur. Il s’agit d’une tour rattachée à une courtine, elle aussi en briques crues, et qui mesure 3,70 m de large[5], et conservée sur près de 2 m de hauteur. L’enceinte en brique part au nord vers Bâb al-Tawfiq, une porte fatimide de l’autre côté de la rue d’al-Azhar. La semelle de fondation de la tour a été entièrement dégagée le long de la façade orientale, elle est rectiligne comme les façades sud et nord. La fondation de la tour en briques crues est constituée de deux assises de gros blocs calcaires irréguliers d’un module de 50cm environ (US 208/2005). Une assise de réglage en briques cuites sert d’interface entre la brique crue et les fondations en pierre. Seule l’assise supérieure en pierre dépasse au-dessus du niveau de circulation de la maison fatimide, les deux autres assises sont implantées dans le substrat naturel, un sable jaune (US 210). Les fondations de la tour recoupent les sols et les murs d’une maison antérieure. C’est seulement plus tard, grâce aux fouilles de Bâb al-Tawfiq, que nous avons eu la certitude que cette tour faisait partie du tracé de l’enceinte du Vizir Badr al-Gamâlî (1087-1092). L’historien du XVe siècle, Maqrîzî, nous apporte un précieux descriptif de cette enceinte :

مج2 ص 255 عند ذكر تأسيس القاهرة يقول

ويقال: إن المعز لما رأى القاهرة لم يعجبه مكانها، وقال لجوهر: لما فاتك عمارة القاهرة بالساحل، كان ينبغي عمارتها بهذا الجبل يعني سطح الجرف الذي يعرف اليوم بالرصد المشرف على جامع راشدة، ورتب في القصر جميع ما يحتاج إليه الخلفاء بحيث لا تراهم الأعين في النقلة من مكان إلى مكان، وجعل في ساحاته البحرة والميدان، والبستان وتقدم بعمارة المصلى بظاهر القاهرة، وقد أدركت من هذا السور اللبن قطعاً، وآخر ما رأيت منه قطعة كبيرة كانت فيما بين باب البرقية، ودرب بطوط هدمها شخص من الناس في سنة ثلاث وثمانمائة، فشاهدت من كبر لبنها ما يتعجب منه في زمننا، حتى أن اللبنة تكون قدر ذراع في ثلثي ذراع، وعرض جدار السور: عدة أذرع يسع أن يمر به فارسان، وكان بعيداً عن السور الحجر الموجود الآن، وبينهما نحو الخميسن ذراعاً، وما أحسب أنه بقي الآن من هذا السور اللبن شيء البته.

« J’ai [Maqrîzî] moi-même vu quelques portions de ce mur en briques crues. La dernière portion que j’ai vue, était grande, localisée entre Bâb al-Barqiyya et Darb Batût. L’enceinte a été détruite par les habitants en l’an 803 [1400 ad.]. J’ai vu le mur composé de grosses briques étonnantes pour notre époque, la dimension d’une brique était à peu près d’une dhira [de 42 à 46cm]. La largeur du mur faisait plusieurs dhira et assez large pour laisser deux cavaliers chevaucher [de front]. C’était au-delà du mur en pierre qui existe encore de nos jours [muraille de Saladin], la distance entre les deux murs était de 50 dhira [20 m environ]. Et je pense qu’il n’y a plus d’autres endroits où ce mur en briques crues existe encore.[6] »

Tour fatimide, 1087-1091

Le témoignage de Maqrîzî sur une enceinte en briques crues proche de la muraille ayyoubide est fiable d’un point de vue descriptif, notamment la largeur de l’enceinte, par contre, son interprétation historique est fausse car il attribue cette enceinte à Gawhar et non à Badr al-Gamâlî.  Les niveaux adjacents, datés de la fin du XIe siècle  (US 205/207), sont liés à la construction de la tour. Cette observation  de l’historien du XVe siècle indique que l’enceinte fatimide était encore visible dans le Caire de son époque, d’ailleurs l’édifice mamelouk décrit ci-dessus s’appuyait sur la fortification fatimide a donc servi d’appui à l’édifice du XVe siècle. C’est cette enceinte que décrit Maqrîzî en parlant de la zone entre les deux enceintes.

La maison et la fontaine fatimides

Fontaine fatimide, 980-1020

Les travaux de terrassement préparatoires à la construction de la tour en briques crues sont à l’origine de la destruction d’une maison fatimide. Cette maison fatimide comprend un sol en béton de chaux (US 2030), délimité par des murs et murets en briques cuites et crues[7]. La partie nord de l’édifice s’ouvre sur une cour avec un bassin en excellent état de conservation (US 2039), et ce malgré les remaniements liés à la construction des fortifications de Badr al-Gamâlî puis de Saladin. L’intérieur du bassin est orné de niches, alternant arcs brisés et arcs recticurvilignes. La fontaine est dotée d’un canal d’arrivée d’eau par une buse en céramique  verticale dans l’angle nord-est et d’une évacuation du trop-plein par un tuyau horizontal aménagé dans l’angle sud-ouest (US 2037 et 2052). L’eau était évacuée vers le désert, à l’est.

Fontaine fatimide, 980-1020, coupée par la muraille de 1173-1177

Les canalisations sont maçonnées en briques cuites. Le canal d’arrivée d’eau forme un coude vers le nord puis repart vers l’ouest, il délimite ainsi un terre-plein d’argile noire et compactée qui constituait la terre végétale d’un petit jardin (US 2051). Nous avons daté cette villa fatimide de la première moitié du XIe siècle (1000-1050 ad.).

Coupe stratigraphique de la fontaine fatimide

La maison que nous avons découverte ressemble beaucoup aux mausolées trouvés par Roland-Pierre Gayraud au sud de Fostat – à Istabl ‘Antar, ressemblances tant au niveau des structures exhumées que sur les datations proposées par cet archéologue. En effet, les plans de fouilles de R.P. Gayraud montrent des ensembles assez similaires à celui du Parking Darrâsa : ces ensembles sont composés de villas funéraires avec une cour centrale, dotée d’un ou plusieurs bassins et de jardins en plate-bande[8]. Selon cet archéologue, la nécropole d’Istabl ‘Antar aurait été créée vers 980 et détruite sous al-Mustansir vers 1080[9]. Il s’agit en fait d’un phénomène global concernant la fin du XIe siècle ; à ce moment de nombreuses maisons de Fostat sont pillées de leurs matériaux par les habitants du Caire[10] et nous pensons qu’il faut y voir une action politique de revitalisation du Caire fatimide par le vizir Badr al-Gamâlî comme nous le verrons dans la conclusion de notre article.

Notre maison date d’une période intermédiaire, elle fut bâtie après la création de l’enceinte de Gawhar et avant la construction de l’enceinte de Badr el Gamâlî en 1087-92 ad. Cet édifice était donc construit hors les murs, au delà du périmètre étroit délimité par l’enceinte de Gawhar en 971[11]. L’utilisation de ce bâtiment est plus difficile à interpréter, s’agit-il d’un habitat périphérique ou d’une villa funéraire ? Certaines villas funéraires fatimides sont construites sur le modèle des belles demeures patriciennes comme à Fostat, mais en ce qui concerne notre site, nous n’avons pas encore trouvé de tombe ou de squelette humain permettant d’affirmer la fonction funéraire de l’édifice. Nous ne pouvons nous prononcer sur la fonction de l’édifice en l’état actuel de nos fouilles.

Niveaux fatimides anciens, 980-1000

Enfin, la fouille au sud du secteur 1 a livré des couches fatimides encore plus anciennes, notamment la couche 3085, une argile compacte noire foncée, qui est un sol en terre battue de 4 à 5 cm d’épaisseur. Cette couche scelle une série de douze trous de poteaux dont certains présentent des alignements. Ces trous de poteaux correspondent à des structures anciennes  liées à la toute première occupation du site, dans la seconde moitié du Xe siècle (950-1000), car ce niveau est antérieur à la construction de la villa fatimide. Ces trous de poteaux sont orientés différemment par rapport à la maison du XIe siècle et font penser à un campement temporaire.


[1] L’équipe de fouille du Parking Darassa, du 23 septembre au 29 novembre 2001, comprenait Yann Letho Duclot, Philippe Blanchard, Alix Fourré et Nicolas Passera. L’équipe de fouille du Parking Darassa, du 5 octobre au 28 novembre 2002, comprenait Nicolas Lacoste, Xavier Hénaff, Grégory Marouard, Annaël Gicquel, Noura Shalaby et Ashraf Diallo. L’équipe de fouille du Parking Darassa, du 12 avril au 12 juin 2003, comprenait Philippe Blanchard, Caroline Chauveau, Nicolas Lacoste, Edward Pollard. L’équipe de fouille du Parking Darassa, du 7 octobre au 22 novembre 2003, comprenait Caroline Chauveau, Nicolas Lacoste, Aude Leroy, Noémie Martin. L’équipe de fouille du Parking Darassa, du 15 mars au 18 mai 2006, comprenait Thierry Giraud, Sylvain Rassat et Pascal Tallet. L’équipe de fouille du Parking Darassa, du 23 septembre au 19 décembre 2007, comprenait Anne Duny et Maïa Matkowsky. Sur le Parking Darassa, le CSA était représenté par Magdi Suleiman, Tarek Garib Zurud, et Mohamed Abd el Fattah (inspecteurs).

[2]

المقريزي، تقي الدين أحمد بن علي بن عبد القادر (766-845هـ/1365-1442م)، المواعظ والاعتبار بذكر الخطط والآثار، (4) مجلدات، حققه وكتب مقدمته وحواشيه ووضع فهارسه د. أيمن فؤاد سيد، مؤسسة دار الفرقان للتراث الإسلامي، لندن، 2002-2004م.

Maqrîzî, Taqyi el-Din Ahmad Ibn Ali, 4 Tomes, Edité par Ayman Fouad Sayed, Ed. Dar el-Furqan, Londres, 2002-2004.

Maqrîzî, Tome 4, vol.1, page 265.

Maqrîzî a commencé à écrire son ouvrage après 806 H / 1404, jusqu’à sa première édition en 825 H/ 1421  Ayman Fouad Sayed pense que Maqrîzî a continué à ajouter des notes jusqu’en 843 H / 1439  (Maqrîzî, Tome 1, p. 66-68).

[3] L’écart est plus grand entre les deux courtines, puisqu’il atteint 16,43m

[4] Il existe d’autres exemples de la préservation de l’architecture militaire chiite par les Ayyoubides : ainsi, au dessus de Bâb al-Nasr, une inscription est dédiée à Ali « Ali est l’ami de dieu ». Cette inscription fatimide, totalement d’obédience chiite, ne fut pas détruite par Saladin. Ceci est pour le moins curieux car il s’agit d’un axe majeur de la cité qui aurait dû être repris de façon symbolique par les Ayyoubides sunnites.

[5] Dans un passage cité précédemment, nous avons vu que Maqrîzî a précisé que l’enceinte en briques crues était d’une largeur telle que deux cavaliers pouvaient se tenir de front. Cette observation recoupe nos mesures sur l’enceinte découverte.

[6] Maqrîzî, Tome 2, p.255.

[7] Il est intéressant de noter que les Fatimides ont beaucoup employé la brique crue, pour l’habitat et les fortifications. La brique cuite est aussi très utilisée dans l’architecture domestique et même religieuse, comme la mosquée d’al-Hakim. Il y a une perpétuation d’une tradition antérieure, magnifiquement illustrée par les demeures abbassides fouillées à Fostat et la grande mosquée d’Ibn Tûlûn. L’utilisation de la pierre et sa généralisation aux maisons de notables semble être un caractère ayyoubide.

[8] Roland-Pierre Gayraud et ali., « Isṭabl ‘Antar (Fostat). Rapport de fouilles », dans

AnIslam. 29, 1995, p. 1-24, – particulièrement p. 6-7 et fig. 22 et 23. et AnIslam. 28, 1994, p. 1-27, fig. 24 et 25 et AnIslam. 27, 1993, p. 225-232, fig. 5 et 6.

[9] Roland-Pierre Gayraud et ali., « Isṭabl ‘Antar (Fostat). Rapport de fouilles », dans

AnIslam. 25, 1991, p. 57-87 – particulièrement p. 62.

[10] Sylvie Denoix, Décrire le Caire. Fustât-Misr d’après Ibn Duqmâq et Maqrîzî, 1992

[11] Abulamayem, 2002, p.46-47, fig. 1 et 13.

Référence(s) du texte en ligne :

Stéphane Pradines et Marianne Barrucand, « La muraille de Saladin, Le Caire », In Archéologies. 20 ans de recherches françaises dans le monde, ERC- Maisonneuve et Larose, Paris, 2004, p. 364 – 366.

Stéphane Pradines, « Les sites du Parking Darassa et de Bâb al-Tawfiq, Le Caire. Résultats des fouilles de 2001 à 2005 », Mishkah, vol. 2, SCA, Le Caire, 2007, p. 123-146.

Stéphane Pradines, Diane Laville, Maia Matkowski, Julie Monchamp, Niall OHora, Magdi Sulayman et Tarek Zurrud. “Excavations of the Archaeological Triangle. 10 years of Archaeological excavations in Fatimid Cairo (2000 to 2009)” dans Mishkah, vol. 4, 2009, p. 177-219.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *