Ports fortifiés

Fortifications et installations portuaires, lieux stratégiques de l’Egypte médiévale, des Abbassides à Mohamed Ali (850-1840)

Les recherches menées sur les fortifications médiévales égyptiennes sont à l’origine d’une base de données FortifOrient et d’un SIG. Comme cela avait été annoncé dans le programme précédent de l’Ifao, les données recueillies permettent maintenant de développer un programme spécifique sur ces lieux de mémoire que sont les fortifications.

Citadelle d'Ayla / Graye, île de Pharaon, golfe d'Aqaba

Le premier constat de notre travail d’inventaire concerne la nature des fortifications égyptiennes : il s’agit presque toujours de fortifications liées à des installations portuaires. Les autres forts sont localisés sur des axes commerciaux terrestres, le plus souvent en plein désert et liés à un point d’eau. Là aussi, le fort peut être considéré comme un havre de paix au centre du Sahara, dont les marges (hil) sont désignées par le même terme que les rivages de la mer. Comprendre l’articulation entre fonctions portuaires et structures défensives nécessite un examen approfondi des sources écrites et des vestiges, afin de distinguer ce qui relève de la simple volonté de défense du territoire face aux menaces venues de la mer, du désir de contrôler les flux de marchandises et de voyageurs, ou d’isoler le port de son arrière-pays. L’organisation des sites portuaires fortifiés de la côte méditerranéenne est-elle identique à ceux de la mer Rouge ? Peut-on observer des stratégies différentes de défense des ports en fonction du rapport changeant de l’Etat égyptien à la puissance navale ? La collaboration avec le projet APIM (Atlas des Ports et Itinéraires maritimes de l’Islam médiéval) permettra d’enrichir les données du point de vue de l’histoire des ports et de les remettre en perspective dans un cadre méditerranéen et indo-océanique.

Forteresse ottomane d'al-Arish, Sinaï

Le deuxième constat, particulièrement visible dans le SIG, concerne la localisation des fortifications. Deux espaces concentrent la quasi-totalité des édifices militaires construits aux périodes médiévales et modernes : le Delta du Nil et le Sinaï.

Le Delta égyptien est le premier de ces espaces géostratégiques, à la fois ouvert sur la mer Méditerranée et la vallée du Nil. Les fortifications tulunides, fatimides, ayyoubides et mameloukes protègent le littoral face aux agressions extérieures et contrôlent l’accès au fleuve, axe de pénétration dans le territoire. Le Caire forme le dernier verrou de ce delta tant convoité. Durant deux siècles de guerres, l’Égypte a joué un rôle important dans l’histoire des Croisades, mais les fortifications du Delta, depuis l’expédition de Baudouin 1er en 1118 jusqu’à la malheureuse tentative de Saint Louis en 1249 et l’avènement des Mamelouks, n’ont pas retenu suffisamment l’attention des chercheurs. C’est cette histoire que nous essayerons de retracer à travers une approche pluridisciplinaire.

Nous mènerons ainsi des recherches archéologiques sur les fortifications côtières du Delta occidental avec Alexandrie (CeAlex) et Rosette (Rashid) ; et du Delta oriental avec Mansourah, Damiette, Tinnis et Tina/Farama.

Qal'at Tina, fort mamlouk

Le site fortifié de Tina nécessite des relevés topographiques et architecturaux afin d’en déterminer les limites, de reconnaître les principaux bâtiments et d’avoir un plan complet du fort mamlouk, qui présente des éléments caractéristiques de l’introduction de canons au début du XVIe siècle. Cet édifice militaire, l’un des plus beaux de l’Egypte médiévale, n’a pas eu l’étude qu’il mériterait.

Le travail d’inventaire réalisé pour la base de données nous a permis de redécouvrir en outre d’autres édifices militaires plus tardifs, datant de l’époque de Mohamed Ali, entre 1820 et 1840. Ces fortifications bastionnées sont l’oeuvre d’ingénieurs militaires français.

Fort de Quseir

Comme d’autres travaux de Mohamed Ali, ils marquent l’entrée de l’Égypte dans la modernité. Toutes les forteresses de Mohamed Ali étaient bâties dans le Delta, entrée et point faible de l’Egypte, de Saint-Louis à Napoléon. L’axe central de ce réseau de fortifications se situait au Caire où un arsenal alimentait en armes et en munitions les postes avancés.

Fort de Rosette / Rashid

 

Le second espace stratégique est mieux connu, il s’agit du Sinaï, terre de contact entre deux mondes, l’Afrique et l’Orient. Du Moyen Age aux guerres israélo-arabes, cet espace « tampon » a été une zone de conflits. Un important travail historique et archéologique sur le Sinaï médiéval a déjà été réalisé par Jean-Michel Mouton et Sami Abdel Malik. La base de données FortifOrient et le SIG sont venus augmenter ces données. Nous envisageons de les enrichir encore en menant des travaux archéologiques sur l’île de Graye dans le golfe d’Aqaba. La forteresse ayyoubide, le port et le village de Graye sont entièrement à relever topographiquement et architecturalement. Ce site, qui a joué un grand rôle à l’époque des Croisades, est un lieu hautement stratégique. Ces travaux viendront compléter les fouilles précédemment menées sur la forteresse de Sadr, contemporaine de celle de Graye.

Qal'at al-Gindi, château de Sadr, Sinaï

Responsables :

Stéphane Pradines (Ifao) ; Osama Talaat (Ifao) et Eric Vallet (Paris I-UMR 8167)

Partenariats institutionnels : Ifao / CSA / Université ‘Ayn Shams / Université du Caire / Université de Helwan / CEAlex / UMR 8167 / Alliance Port Said

Participants : Frédéric Bauden (Prof., université de Pise) ; Francesca Dotti (doctorante, EPHE) ; Alisson Gascoigne (université de Southampton)  ; Kathrin Machinek (CeAlex) ; Sami Abdel el-Malik (CSA) ; Tarek El-Morsi (chercheur associé, Iremam et CeAlex) et Olivier Onezime (topographe, Ifao et Inrap)

Référence(s) du texte en ligne :

Pradines, S. Editeur d’un numéro spécial des Annales Islamologiques : « Espaces fortifiés » et « Ports et commerce », Annales Islamologiques 38-1, IFAO, Le Caire, 2004, 284 p.

Pradines, S. Fortifications et urbanisation en Afrique orientale, Cambridge Monographs in African Archaeology  58, BAR S1216, Archaeopress, Oxford, 2004, 374 p.

Pradines, S. Gedi, une cité portuaire swahilie. Islam médiéval en Afrique orientale Monographies d’archéologie islamique, Ifao : Le Caire, 2010, 302 p.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *